Jean Bon? Non moi c’est Michel

2 Août

Dans un voyage en absurdie

Que je fais lorsque je m’ennuie,

J’ai imaginé sans complexe

Certains font du sudoku, Michel refait la carte du cul. Chacun son dada.

Qu’un matin je changeais de sexe,

Que je vivais l’étrange drame

D’être une femme, D’être une femme.

Il annonce la couleur très tôt. Drame. Bon les filles, sortons les kleenex.

Depuis les années quatre-vingts

Les femmes sont des hommes à temps plein

Apparemment, Michel nous suggère avec beaucoup de subtilité (et d’imagination), qu’une quelconque manipulation génétique nous aurait dotées de sexes masculins.  Un coup des OGM sûrement, ou de la gauche progressiste. On marie bien les pédés.

Finies les revendications

C’qu’elles ont voulu maintenant elles l’ont

Sous entendu, arrête de gueuler Simone, maintenant tu as ce que tu voulais. Quoi, ça reste mystérieux, mais si on pouvait fermer nos gueules (casse dédi PS si tu me lis)

Ce sont toutes des femmes accomplies

Sans vraiment besoin d’un mari

Non mais c’est vrai quoi… Elles osent avoir un compte en banque et signer des chèques avoir un compte paypal, sans rien demander à personne…

Femmes capitaines de sociétés

Elles ont d’autres chats à fouetter

Capitaine, mon capitaine. Pardon, je m’égare. Mais c’est étrange cette tradition du capitaine non? (Casse dédi DT, si tu me lis)

De conseils d’administration

De longs dîners en réunions

Tiens, c’est intéressant ça, loin de l’image traditionaliste les filles ça chipote devant trois bouts de salade, sans assaisonnement, avec Michel on fait de « longs dîners ».

Passer en coup d’vent chez l’coiffeur

Se maquiller dans l’ascenseur

Parce que quand même, sans avoir le temps, une femme ça reste futile. Celà dit, en coup de vent chez le coiffeur, je soupçonne ce cher Michel de ne plus s’être fait faire une coupe balayage brushing depuis genre les années quatre-vingts, hein.

Elles rentrent épuisées tous les soirs

La télé elles veulent plus la voir

En même temps, voir des connasses qui découvrent l’orgasme en a) bouffant des yaourts, b) passer l’aspi, c) se la ver les cheveux, même moi j’ai pas envie.

A peine la coupe d’un magazine

Et un cachet qui les assassine

La coupe? Je ne comprends pas bien cette strophe. Mais vu la suivante, je pense que c’est le moment n’importe quoitesque « je suis l’auteur de la chanson, je vais chercher du café et je laisse le stagiaire avec pour mission une rime en -ine (et un gage s’il met « pine ») ».

{Choeurs}

Femme, être une femme

Femme, être une femme

D’où le titre de la chanson, sinon il se mettrait à chanter être un gnou, ça aurait beau être très sympathique, ça cadrerait moyen.

Quant à l’amour elles n’y pensent plus

Juste un amant qu’elles n’revoient plus

Michel, total respect, qui connaît le concept du  fuck friend, du sodomebuddy, du ramoneur hygiénique. D’abord, chercher l’amour, c’est fatigant, et puis déjà le coup des longs dîners qui ballonnent, et la mise en pli qui fout le coup sous le vent (casse dédi CD, si tu me lis), tu penses bien, Michou que l’aminstantané, c’est tout pratique. Sans déconner.

D’ailleurs c’est un acte manqué

Quand leur portable s’met à vibrer

Il devient presque porno chic, là. Je le soupçonne de lire Cosmo en cachette, le coquin.

Pour la nostalgie d’autrefois

Faudrait du temps, elles n’en ont pas

C’est vrai merde, un bon rôti orloff et des chemises amidonnées ça prend son temps.

Elles y r’viendont évidemment

Avec le premier cheveu blanc

Quand elles seront moches et périmées, elles feront des gateaux pour des gateux, et ce sera bien fait, cooooooooonnasses (là je traduit la pensée profonde de Michel, que tu sens énervé par toute cette jeunesse qui veut pas genre le temps aux plus belles choses se plait à faire un affront (casse dédi C. si tu me lis)

Tant d’années se sont écoulées

Ont-elles perdu c’qu’elles ont gagné ?

Confusion… Qu’est ce qu’on a vraiment gagné? Ah mais oui. Une BITE (manifestement pas un cerveau).

Elles étaient femmes en quatre-vingts

Et femmes jusqu’au bout des seins

J’aurai bien suggéré femmes jusqu’au bout du clito pour la version trashos décomplexée de la vie de 2010, mais il est encore un peu timide le Mimi. C’est chouchounet.

Question salaire ça n’va pas mieux

Celui d’un homme coupé en deux

Attention, partie revendicatrice démagogue de la chanson (et dieu sait qu’une demi bite, c’est nul hein… Pardon)

On les enfume de parité

Mais qui promet l’égalité ?

Voilà. En un mot, Mimiche résume TOUT. On nous « enfume ». Nous sommes donc des jambons.

{Choeurs}

Femme, être une femme

Femme, être une femme

On sait que beaucoup en ont marre

et s’il n’est pas encore trop tard

Femme, laisse parler tes os verts, vite vite. Achète toi un tablier et des livres de cuisine.

il suffit de r’trouver l’adresse

du type gaché dans leur jeunesse

Kevin, le mec fou de tuning, embrassé sur un slow de Clouseau en 1992, celui qui te faisait l’amour suur la plage arrière. Du bus.

un homme gentil qu’elles ont laissé

au bord des occasions manquées

Parce qu’on  est vraiment trop connes au fond, les mecs gentils on les voit pas. Michel, offre nous le radar anti connards, tu seras mignon.

refaire sa vie et pourquoi pas

être une belle à la fois

Pavillon, labrador, cuisine ikéa. Et Benabar en fond sonore. Ou Delerm après trois ans de ce régime.

l’amour d’automne c’est encore mieux

laisser un homme faire ce qu’il veut

Levrette, qu’on dit.

et puis s’endormir contre lui

jeter les dossiers aux orties

Sodomie, qu’on dit.

Se dire qu’au fond ce sont les femmes

Et mon dieu ce n’est pas se plaindre

Saloperies d’hormones, c’est tout de leur faute.

Femme de n’importe quelles années

Femme pour aimer se faire aimer

Conclusion: la femme 2010 est un jambon. Une femme Barbara Gourde.

Oilà. C’est tout pour le moment. Merci, rideau.

(je ferai un billet plus construit tout bientôt, mais il m’a trop fait loler le Mimi, je DEVAIS vous faire partager.

Publicités

3 Réponses to “Jean Bon? Non moi c’est Michel”

  1. Nina 5 août 2010 à 11 h 22 min #

    J’ai également rédigé un billet défouloir sur cette chanson et figure-toi que des commentateurs mâles ont trouvé que j’exagérais, que cette chanson n’était pas du tout misogyne et que je voyais le mal (sans e) partout.

    C’est dans ces moments-là que j’ai envie de cramer mon soutif.

    • missstere 5 août 2010 à 11 h 31 min #

      Dingue. Perso j’ai hésite entre rire et pleurer. Mais je préfère en rire.

  2. briquerouge 5 août 2010 à 13 h 54 min #

    Humble avis d’un mec : plus qu’être mysogyne, je pense surtout que l’ami Michel, après avoir eu l’idée brillantissime de ressortir cette bouse infâme, s’est aperçu qu’il n’y connaissait plus grand chose finalement et a donc fait une sorte de compilation des titres les plus racoleurs et vendeurs qu’on peut trouver sur Elle, Biba, Voici et j’en passe (fucking friend, la parité, les femmes au travail, etc). En +, il a compris que ce serait une bonne idée de mettre des femmes presque totalement à poil dans son clip, puis y a même un Ipad, c’est dire s’il est à la page le bougre 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :