Grosse fatigue

16 Août

L’ennui, quand tu ouvres un blog, c’est que t’es censé le remplir de temps à autres. Genre te bouger un peu et écrire des trucs intelligents/drôles/complètement cons/pertinents/enfin bref n’importe quoi qui justifie que de temps en temps des lecteurs enamourés/indignés/hilares/consternés viennent apposer leurs petites pattes sur leurs claviers et entretiennent le ping pong de l’échange virtuel.

Sauf que des fois, t’as pas envie d’écrire. Matériellement, tu as le temps. Tu as même le calme nécessaire à ta concentration, sauf que rien ne vient. A part des idées d’articles marronniers spécialement affligeants du style

« l’amour c’est le bien », « le pantalon carotte c’est caca », « les vacances quand tu pars pas ça fait chier la bite ».

Tu es donc là, désœuvrée, vaguement coupable de ne pas offrir du divertissement à ton béta lecteur chéri, et tu traines. Sur twitter par exemple. Tu balances quelques vannes idiotes, on rit, on te DM, on te RT, et soudain, tu penses: pourquoi je me forcerais à écrire des articles alors que je peux faire marrer en 140? C’est tentant pour ma flemme naturelle. C’est vicieux twitter, au départ tu le sens pas arriver, mais bordel, qu’est ce que ça peut te rendre autocentré/feignasse/limite caligulesque (mais sans l’add-on dépravation sexuelle, quoique).

Là, je te sens venir lecteur (oh ouiiii, je te seeeeeeeeeens, je te sens bien (vieux running gag  é(n)culé)). Tu te dis:

« Ben barre toi de twitter, et écris un peu, espèce de folasse ».

Je pourrais, hein. Sauf que parfois, y a quand même des choses qui font que twitter, c’est le bien.

Par exemple, j’ai pu « rencontrer » quelqu’un d’assez génial. Mais qui ne le sait pas assez. Quelqu’un que j’aime beaucoup, comme ça, spontanément. Sans pouvoir m’expliquer comment d’un échanges de blagues assez idiotes, on en est venues à discuter plus profondément. Comment j’ai retrouvé en elle certaines problématiques qui me hantent, un mode de fonctionnement, le doute absolu .

Comment ses mots, lus de ci de là, à propos de ses kilos de questions et de remises en cause, et de ses kilos tout court, m’ont interpellé, et fais refléchir.
Parce que moi aussi, tu vois lecteur, je suis grosse. D’accord, derrière le clavier ça se ne se voit pas, mais objectivement c’est le cas. Et objectivement, je ne peux pas dire que je m’en fous. Je vais pas te la jouer Marie Mièvre, « faut accepter ses kilos-image de soi-beauté intérieure tout ça ». Parce que c’est parfaitement stupide. Quand tu as la sensation de ne pas appartenir à une norme, y a toujours une part de souffrance/gêne. Parce qu’il y a toujours des gens débiles qui auront ce regard sur toi que tu ne pourras empêcher « elle serait mieux SI elle était plus mince ». Ces gens qui veulent te changer. Ces gens qui te persuadent parfois que tu DOIS changer.

Y a toujours ce petit pincement au coeur presqu’enfantin quand tu te rends compte que certains trucs te sont inenvisageables. Comme rentrer dans un 38, ou porter un slim. Certaines personnes voient ça. Tes impossibilités. Et puis y a les autres. Celles qui voient tout ce que tu peux donner, offrir, prendre. Y a surtout celui qui te dit

« t’es belle, grosse oui, mais t’es belle. Et peut être que mince tu le serais encore plus. Ou peut être pas. Tu serais peut être sèche, dure, raide ».

Je pense que chaque fille grosse devrait entendre ce genre de phrase une fois dans sa vie. Pas pour flatter son égo, juste pour passer à autre chose. Juste pour éviter d’avoir à  faire subir à son corps, son apparence, son intellect, des transformations qu’elle n’a pas vraiment désirées.

Les chantiers du corps ont ceci d’incroyablement injuste que leur maître d’oeuvre est souvent extérieur.

Je suis grosse, et je ne peux pas dire que je m’en fous. J’adorerai avoir la plastique d’une Scarlett Johansson. sauf que j’adorerai aussi aller sur la lune, ou compter les grains de sable sur la plage d’Ostende.

Rêver c’est bien. Vivre c’est mieux.

Publicités

6 Réponses to “Grosse fatigue”

  1. Fabien 16 août 2010 à 10 h 54 min #

    A cause de toi, je suis allé chercher qui était (ou est) Scarlett Machine. Je vois ça:

    oui, elle a de beaux yeux, et alors?
    Elle n’ira pas sur la Lune plus que toi, enfin je ne pense pas…

    • Tonio...ReinesHerz 16 août 2010 à 10 h 59 min #

      Objectivement, Scarlett Johansson est ce qui ce fait de plus sexy à l’ouest de l’Océan Atlantique. Si si.

      • missstere 16 août 2010 à 12 h 04 min #

        Nous sommes d’accord. Je te propose qu’on aille boire un verre a l’occasion 🙂

    • missstere 16 août 2010 à 12 h 00 min #

      Non mais elle a un de ces culs bordel 🙂

  2. Chulie 16 août 2010 à 10 h 57 min #

    Je m’insurge fermement avant de lire le reste de l’article !!!!

    Le pantalon carotte c’est le bien. J’ai (attends je compte. Le bleu clair, le bleu foncé le kaki, et le noir tout mou) 4 pantalons carotte et ça me donne une dégaine de petit marlou et c’est magnifique sur moi. Demande à Zzzouzz si tu me crois pas.

    • missstere 16 août 2010 à 12 h 02 min #

      On a deja eu cette conversation ce me semble. C’est pas un vrai pantalon ça et c’est moche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :