Archive | Miss dérape RSS feed for this section

27 Août

Je ne sais pas très bien pourquoi j’en suis arrivée à pleurer, idiote, assise par terre nue dans la salle de bains. Ridicule. Pourquoi je tenais tout à bout de bras, pourquoi je riais, j’agissais, et puis d’un coup, la sensation de l’absolu rien du tout. Le manque envahissant, d’un coup, saturant tous mes pores d’une douleur absurde. La conscience des gestes inutiles, des centaines de mots qu’on ne prononcerait pas, des silences qu’on ne vivrait pas. Les derniers silences entre nous. Si lourds de sens. Si plein de toi.

Les minutes qui ont semblé des heures, les hésitations, le brusque arrêt.

Probablement parce que j’ai pleinement réalisé. Il y aura des trains qui partiront. Demain. Des gens qui se tendront les bras, sur le quai d’une gare grise. Des baisers, volés ou non. Les trains partiront sans moi. Je vais rester là, à suivre cette aiguille têtue qui ne veut pas avancer. A égrener ce temps qui ne me sert à rien.

Je ne prendrai pas de train. Je ne prendrai pas de train demain. Je n’ai plus personne où aller.

J’avance parce qu’il le faut bien, parce qu’après tout, qu’est ce d’autre qu’une ébauche que tout ceci? Rien que des effleurements, des peut être… rien de bien sérieux, rien de grave.

J’aurai tant de mots à t’écrire. De choses à t’expliquer. Il faudra rester avec ce dessin mal crayonné, oublier les « et si ». Je vais devoir me résoudre aux non-dits entre nous. Au non abouti.

Ça passera. Comme tout passe toujours. Tout finit par s’effacer, avec un peu de temps et de lâcher prise.

Restent les trains qui s’en vont vers un ailleurs que je ne gouterai pas.
Reste le manque imprimé là quelque part.

Pimp my clito

19 Août

Ah, cosmopolitan, cet inépuisable vivier, … D’abord, on ne va pas se mentir. Quelque part, peu ou prou, on lit TOUTES cosmo. Pour de sombres desseins, ou d’idiotes raisons, ou simplement pour ramener un peu de coefficient dindasse dans nos vies de self made-women MILFS, et consorts. Bref. Je ne nous jette pas la pierre, ne serait ce que pour se gausser gentiment de ces articles pseudos nunuches exacerbées et clairement en rut.

Je lis Cosmo. Comme une récréation élégante au milieu des mes journées de boulot. Cosmo, c’est un peu les cinq minutes du Magnum que tu bouffes en cachette, parce que c’est plein de saloperies, donc en tant que fille aspirante parfaite tu fais genre « oh, non, moi je mange uniquement de la glace au lait cru bio de la ferme (avec germes inside). En gros, c’est le plaisir coupable. Et la honte, c’est si bon. Lire la suite

Jean Bon? Non moi c’est Michel

2 Août

Dans un voyage en absurdie

Que je fais lorsque je m’ennuie,

J’ai imaginé sans complexe

Certains font du sudoku, Michel refait la carte du cul. Chacun son dada.

Qu’un matin je changeais de sexe,

Que je vivais l’étrange drame

D’être une femme, D’être une femme.

Il annonce la couleur très tôt. Drame. Bon les filles, sortons les kleenex. Lire la suite

En verge et contre tout

31 Juil

 

JE SAIS.

Ça pourrait paraitre prétentieux mais je sais enfin toute la vérité sur les Hommes.

Parfaitement. La vérité m’est apparue, comme ça. Evidente comme Paris Hilton émechée et sans culotte (l’héritière hein pas moi. Je sais me tenir. Et puis on m’a toujours dit: « Mets une culotte propre tous les matins, quand tu te retrouveras à l’hosto parce que t’as eu un accident de voiture tu seras moins gênée. Bref. On digresse là).

Je disais la Vérité. Lire la suite