Tag Archives: amour

#35: Mon coeur

27 Nov

Tout va très vite. Après tout, je n’ai plus rien à perdre. Je l’ai perdu, Lui. Autant essayer de s’en sortir le moins mal possible. Avec cet autre. Le bucheron. J’aime le voir comme ça. Épaules larges, solide, un peu bourru. Pourtant pas inintéressant. Il a des goûts musicaux très sûrs, qui m’impressionnent. Laissent présager d’une certaine sensibilité, malgré tout. Je découvre avec lui un tas de choses. J’élargis mon horizon musical. Ça me convient assez. Lire la suite

#33: Sansan

25 Nov

Sansan. Ma mère. Il va encore être question d’elle. Il est toujours question d’elle, d’une manière ou d’une autre. C’est dans sa nature, elle ne peut pas s’en empêcher. Automatiquement, les regards se tournent vers elle. Séductrice, elle est loufoque, grande gueule, amusante à ses heures. Elle les fascine tous. Les hommes, évidemment. Mais même mes potes sont sous le charme. Ils adorent son personnage un peu barré, louent ma chance d’avoir une mère aussi cool. Ma mère n’est pas cool, elle a simplement une maladie mentale sérieuse qui lui donne des moments de grande exaltation où elle est capable d’être terriblement drôle, imprévisible, géniale. Lire la suite

#32: Mam’zelle Didi

24 Nov

Changer. Changer de mec, c’est changer d’habitudes. Et de surnom en l’occurrence pour moi. Pour elle, c’est souvent aussi l’occasion de tout remettre à plat. De tenter un truc différent. Tout ça parce qu’elle a retrouvé, par hasard, un ancien flirt, même pas flirt d’ailleurs. Un homme qu’elle a vaguement dragué, qui lui n’aurait pas demandé mieux à l’époque que d’avoir une histoire avec elle. Mais il était en couple. Elle aussi. Lire la suite

#30: Sand

19 Nov

Je continue, vaille que vaille. Que faire d’autre? Jouer à faire comme si, j’ai tellement l’habitude, je le fais depuis si longtemps. Je peux bien être un personnage de plus. Même si je pense, je n’arrête pas de penser à lui, je suis dans les bras de cet autre. Le blond celui qui m’appele toujours m’amour, celui qui m’a offert la bague de sa grand mère, celui qui espère toujours. Je suis avec lui, sans l’être. Je joue avec lui, comme je contrefais ma vie. Lire la suite

#29: Frimeuse

18 Nov

Lui. Je le connais depuis un moment déjà. Avec sa soeur aînée, meilleure copine d’une de mes amies de la danse, il était logique que je le connaisse. Ne fut ce que de loin. A douze ans, dans cette nouvelle école, je n’y avais prêté quasi aucune attention. C’était juste un gars à lunettes, timide, et c’est tout. Lire la suite

#28: Souillon

5 Nov

Les choses et moi avons un rapport compliqué. Je n’aime pas l’objet. Je m’en sers s’il est utile, et basta. Je n’ai pas d’attachement particulier à lui. Sa durée de vie m’importe peu. Je ne fais pas particulièrement attention, je ne soigne pas les choses, je ne les ménage pas. Après tout, puisqu’il n’ont pas d’importance… Même les livres je n’use pas de précautions spéciales avec eux. Au contraire, puisqu’ils m’accompagnent partout, en rue quand je marche le long des trottoirs gris pour aller à l’école, dans mon bain, au déjeuner, il leur arrive souvent des accidents de parcours. Lire la suite

#27: Mademoiselle Dehors

3 Nov
L’école n’est pas la maison. C’est un espace en dehors, hors limite. Le monde de la maison est celui du silence, des larmes ravalées, des petites griffures à l’égo. Un monde où je m’éteins, où je me plie aux règles, pour rester debout. Mais à l’école, rien ne m’oblige à me taire. La gamine introvertie de la première année devient peu à peu plus consistante, avec l’assurance des bonnes notes facilement obtenues. Lire la suite

#26: M’amour

1 Nov
Ce qui ne devait durer qu’un moment s’éternise. Pas parce que j’en ai envie, mais essentiellement parce que je n’arrive pas à le quitter. Ce n’est même pas pour ne pas lui faire de mal, lui, je m’en fiche, j’ accorderai plus d’importance à une fourmi qu’à lui. En me disant qu’il m’aime, il s’est ridiculisé. Je ne pourrai plus jamais le prendre au sérieux, ni même avoir de l’estime pour lui. Comment  être aussi aveugle? Lire la suite

#25 Prune

30 Oct

Prune. Mon grand père continue à m’appeler comme ça. Même si le petit fruit acidulé des débuts est maintenant presque mûr. Mes si mes joues ont pali. Même si mes yeux s’ombrent désormais de rimmel. Même si je porte des jeans troués. « Oui, c’est fait exprès, papy. » Poussée comme de la mauvaise graine, comme ces herbes folles qu’il s’échine à domestiquer dans son jardin. Son jardin. Peu de pelouse, par contre un potager immense, sur lequel il passe des heures. Tracer des sillons, semer, entretenir, veiller à la bonne santé des plantes et des fleurs. Lire la suite

#24: les grands ensemble

22 Oct

Syl. Soutien inconditionnel, et sans faille. La fille qui me fait le plus marrer au monde. C’est vrai qu’à l’école, notre binôme ne passe pas inaperçu. C’est vrai qu’on a un peu tendance à exclure les autres de notre petit couple. Après tout, nous sommes quasi en auto suffisance, nous avons l’amitié autarcique. Elle et moi, c’est un truc fort, précieux, et sans qu’on aie jamais nommé ce qui nous anime, on sait pertinnement toutes les deux qu’on s’apporte exactement ce qui manque à l’autre. Lire la suite